Quel est le secret pour être un bon leader ?

  • Par t_u_f_org
  • 1 juillet 2018
  • Commentaires désactivés
Leadership

Même si la différence entre un cadre et un leader semble presque insignifiante au premier abord, elle est en fait très distincte. L’un contrôle la direction du progrès à travers les processus existants et émergents ; l’autre fournit une vision et une inspiration sans mettre la main à la pâte. Voyez les leaders comme du carburant premium et les cadres comme un moteur efficace : les deux sont nécessaires pour qu’une voiture de sport puisse aller à sa destination. Cette distinction est cependant très difficile à mettre en œuvre dans la plupart des entreprises.

La question fondamentale est que lorsqu’un cadre atteint un niveau de leadership, on s’attend à ce qu’il change sa façon de faire les choses. En fait, beaucoup s’appuient sur de vieux schémas de comportement managérial, qui détruisent leur capacité d’adaptation. Pourtant, les dirigeants modernes doivent être prêts à enterrer les habitudes de gestion qu’ils ont perfectionnées et à devenir des entraîneurs.

Comme le souligne Robert Glazer, PDG et fondateur d’Acceleration Partners, dans Entrepreneur : « Diriger une équipe productive implique de laisser tomber les opérations quotidiennes pour se focaliser sur l’établissement d’une stratégie et d’une vision claire, le « pourquoi » et le « quoi », et laisser son équipe gérer le « comment » ».

Glazer a ajouté que la génération Y, qui va devenir la plus grande cohorte de travailleurs américains d’ici 2019, selon le Pew Research Center, est particulièrement impliquée dans la façon dont elle se fait diriger.

Les récompenses d’un leadership solide ne sont pas seulement anecdotiques : Les données examinées par le Harvard Business Review ont montré une corrélation entre les leaders exceptionnels et les travailleurs exceptionnels. En d’autres termes, plus les dirigeants cessent rapidement de gérer et se concentrent sur le leadership, plus la probabilité d’un rendement exceptionnel de l’entreprise est haute. Si vous êtes vous-même un nouveau leader, les conseils suivant peuvent vous aider à vous débarrasser de certaines de vos anciennes méthodes :

  1. Arrêtez le micromanagement.

Avez-vous souvent envie de régler tous les problèmes de votre équipe ? Il faut se rappeler qu’un leader trop présent ne fait que du micromanagement. Plus vous passez du temps à vous méfier des actions des employés, moins vous pouvez consacrer d’énergie à votre rôle de leader.

Une intervention dans les rangs est-elle parfois justifiée ? Oui, mais pas tout le temps. Si vous vous rendez compte d’intervenir trop souvent, vous avez sûrement l’un des deux problèmes suivants. D’abord, vous êtes peut-être coincé dans une mentalité de gestion. D’autre part, vous avez peut-être des employés qui ne sont pas à la hauteur des tâches à accomplir ; ce scénario nécessite une réorganisation de la charge de travail ou même l’ajout de nouveaux visages et de nouvelles perspectives.

« J’ai été un microgestionnaire, et je suis quelqu’un qui a toujours eu des attentes élevées pour moi et tous ceux qui travaillent avec moi » a écrit Rick Nuckols, le président de Container Technology, sur la page du site Web de son entreprise. Après avoir changé ses habitudes, il a adopté une approche différente : « J’essaie toujours d’être juste et ouvert sur ce qui se passe et où nous allons et comment. J’essaie de leur donner les outils dont ils ont besoin pour réussir. Nous essayons de créer un environnement où ils considèrent que l’entreprise est leur famille. C’est très important que les gens se sentent appréciés. »

  1. Faites de la délégation, en donnant à votre équipe la permission de réussir et d’échouer.

Vous avez du mal à déléguer ? Vous n’irez jamais loin dans votre rôle de leader si vous conservez les principales responsabilités pour vous-même. Imaginons que vous faites du jogging le long d’un sentier : Si vous transportez trop de bagages, non seulement vous risquez de trébucher et de tomber, mais aussi de ne pas vous déplacer très efficacement. Évaluez plutôt quelles responsabilités vous devriez continuer à assumer et déléguez le reste à d’autres membres de l’équipe.

Pour vous faciliter la tâche, essayez d’expliquer aux membres de votre équipe leur rôle dans le tableau d’ensemble et en quoi il est important. Il ne faut surtout pas oublier qu’ils ne feront peut-être pas les choses à votre façon, et c’est pas grave. S’ils font une erreur, soyez un leader vers lequel ils peuvent se tourner pour recevoir de l’aide plutôt que des reproches. Vos employés se sentiront plus confiants et seront plus autonomes, tout en effectuant plus de travail.

James Philip, un entrepreneur en série et Business angel, a écrit sur Medium la façon dont il est passé d’une mentalité où il voulait tout faire lui-même à une où il n’a gardé que ce qu’il faisait le mieux et a laissé les autres faire le reste :  » En développant mes entreprises, j’ai appris à déléguer avec la certitude que la personne allait faire n’importe quoi » a écrit Philip. « Mais cela leur a permis de se développer. Ils ont fait des erreurs, on a trouvé une solution, et des progrès ont été faits. Ce qui se passe, c’est que, quelques années plus tard, ils ne font plus d’erreurs et votre équipe fait ce qu’il faut sans que vous ayez à le faire ».

  1. Faites des choix qui correspondent à votre vision.

Chaque décision que vous prenez doit prendre en compte l’ensemble de la situation, et de votre vision pour vous et votre entreprise. Vos employés sauront immédiatement si vous faites ce que vous dites.

Steve Griggs, fondateur et PDG de Steve Griggs Design, a constaté que la croissance s’accompagnait d’actions plus rapides et plus décisives. « Commencez par évaluer « Quel est le pire qui puisse arriver » et « Quel est mon résultat final souhaité »‘ a-t-il écrit sur Business Insider. « Ensuite, prenez une décision et assumez-la… Au moins, vous avez pris une décision. Être entrepreneur signifie que vous êtes un leader et que personne ne veut voir le leader en doute. »

Soyez plus attentif, choisissez des chemins basés sur votre vision et assumez vos décisions jusqu’au résultat final ; imaginez que c’est comme si vous regardiez simultanément le début, le milieu et la fin d’un film. Le résultat correspond-il à votre vision ? Si c’est le cas, c’est probablement le bon choix. Si ce n’est pas le cas, vous devrez réévaluer vos décisions afin qu’elles soient liées à votre mission avant de poursuivre.

Les cadres sont des personnes importantes dans les entreprises, mais leurs tâches doivent être différentes de celles d’un leader. Devenez un bon leader en laissant vos cadres faire leur travail pour que vous puissiez porter votre attention à l’ensemble de la situation.

Précédent «
Suivant »