• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Quels sont ces pays qui font leur « Révolution verte » ?

Quels sont ces pays qui font leur « Révolution verte » ?

  • Par t_u_f_org
  • 18 January 2018
  • Commentaires désactivés
Révolution verte

Si la révolution verte du 20ème siècle a été celle de la chimie, celle du 21ème siècle est plutôt tournée vers la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique. De par le monde entier, des ONG, des individus et des gouvernements se mobilisent pour sauver la planète du désastre que lui font courir les activités humaines. Dans les lignes qui suivent nous allons nous intéresser à ces pays qui font leur révolution verte.

Autriche : un champion européen de l’agriculture biologique

Plus de 14% des agriculteurs autrichiens pratiquent déjà l’agriculture biologique et plus de 16% de la surface agricole sont gérés selon les principes de l’agriculture biologique, ce qui en fait le numéro 1 européen.

L’agriculture biologique est le principal moteur de l’agriculture autrichienne, comme en témoigne également le nombre élevé d’agriculteurs participant au programme agro-environnemental autrichien ÖPUL. Des agriculteurs et agricultrices, des entreprises de transformation, des distributeurs et des consommateurs soucieux de l’environnement veillent à ce que l’Autriche joue également un rôle de premier plan dans ce domaine.

Respectueuse de l’environnement, l’agriculture biologique autrichienne ne se contente pas d’éviter les produits chimiques de synthèse. Elle se base sur une philosophie holistique et un cycle agricole aussi complet que possible, avec une structure diversifiée. Les ressources naturelles du sol et de l’eau sont utilisées de manière respectueuse pour l’environnement et sont préservées pour les générations futures.

L’agriculture biologique autrichienne exclut l’utilisation d’engrais artificiels, dont la production consomme de grandes quantités d’énergie. Elle utilise des mécanismes naturels d’autorégulation comme la rotation des cultures, l’utilisation d’espèces bénéfiques et le respect du sol par l’application de compost et de fumier organique bien préparés. Cette agriculture assure une gestion plutôt prudente des ressources naturelles et la valorisation de la biodiversité.

Comparée à l’agriculture conventionnelle, l’agriculture biologique permet d’économiser 60% des émissions de CO2. La raison : aucun engrais synthétique n’est utilisé et la fixation du dioxyde de carbone par les plantes est beaucoup plus efficace.

Inde : une transition énergétique sans concession

Pionnier de la lutte contre le changement climatique, l’Inde fait partie de ces pays qui ont très tôt décidé de verdir leur production d’énergie. L’Inde fut le premier pays à dédier un ministère aux énergies renouvelables.

Les énergies renouvelables représentaient 18,37% de la puissance totale installée en Inde en 2017. L’Inde s’est fixé comme objectif de produire 40% de ses besoins énergétiques totaux à partir de sources renouvelables d’ici 2030, comme indiqué dans sa déclaration sur l’Accord de Paris.

Le pays dispose d’une capacité installée de 62 053 MW d’énergie renouvelable raccordée au réseau au 31 novembre 2017. La capacité éolienne est de 32 746 MW, ce qui fait de l’Inde le quatrième plus grand producteur d’énergie éolienne au monde.

L’énergie solaire installée a atteint 16 611 MW, grâce à des parcs solaires et à des panneaux solaires installés sur le toit. L’Inde possède actuellement le plus grand parc solaire du monde à Kurnool, dans l’Andhra Pradesh, avec une capacité de 1000 MW. La capacité hydroélectrique installée était, quant à elle, de 44,41 GW au 28 février 2017.

L’Inde a un objectif ambitieux d’atteindre 175 GW d’énergie provenant de sources renouvelables d’ici 2022, dont 100GW par l’énergie solaire, 60GW par l’énergie éolienne, 10 GW par la biomasse et 5GW par la petite hydroélectricité. Le gouvernement a aussi annoncé qu’il ne construirait plus de centrales à charbon.

Etats-Unis : une pléiade d’initiatives écologiques

Les Etats-Unis sont connus pour le climato-scepticisme de leurs leaders religieux, mais ce que les gens ne savent pas, c’est que ce pays fourmille d’initiatives locales et privées visant à protéger l’environnement et à lutter contre le changement climatique.

Cela fait plus d’une décennie que Chicago est devenue l’épicentre des bâtiments certifiés écologiques, avec l’ouverture du Chicago Center for Green Technology. La ville a également mis l’accent sur l’architecture verte en mettant en œuvre un programme de permis écologiques qui permet aux promoteurs d’accéder à des réductions d’impôts. Avec 295 projets, Chicago est la ville qui a le plus de projets certifiés écologiques aux États-Unis. En se tournant vers la construction de bâtiments plus efficients sur le plan énergétique, le Texas économise plus de 8,1 milliards de gallons d’eau et évite l’émission de 22 millions de tonnes de dioxyde de carbone chaque année.

La Farge, dans Wisconsin, est la plus grande coopérative d’agriculture biologique en Amérique du Nord. L’État, le gouvernement fédéral et le secteur privé ont conjugué leurs efforts pour permettre à la coopérative de produire des aliments de façon durable. Ses 4000 hectares de serres optimisent la lumière naturelle et minimisent la chaleur. La ferme a été construite avec des matériaux locaux, dont beaucoup ont été recyclés. Tous les déchets de construction ont été recyclés après la construction et l’exploitation accueille des ateliers sur la durabilité et des expositions sur le patrimoine rural.

Les systèmes photovoltaïques sur les structures du Long Beach Convention Center et de l’aéroport de Long Beach confirment la réputation de la Californie en tant que leader de la production d’énergie solaire. Le Centre des congrès abrite l’une des plus grandes installations solaires de la côte ouest, produisant 1 million de kilowattheures d’électricité sans pollution. Pendant ce temps, le gouvernement de Long Beach a mis en place un crédit d’impôt de 30% pour les ménages qui souhaitent investir dans des installations solaires.

Israël : la course à l’énergie solaire

Sous le chaud soleil d’Israël, l’énergie solaire ne fournit qu’un faible pourcentage des besoins énergétiques du pays, ce qui le laisse loin derrière les pays aux climats plus nuageux et plus froids. Afin de corriger cette incongruité, le pays a décidé de s’offrir la plus haute tour solaire du monde, en tant que symbole de ses ambitions énergétiques.

Les projets d’énergies renouvelables ont longtemps été entravés par la bureaucratie de ce pays qui a traditionnellement basé son économie sur les combustibles fossiles. Récemment, le pays a décidé de faire un effort en se fixant pour objectif de générer 10% de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici 2020, contre 2,5% actuellement.

Le projet Ashalim, au cœur du désert du Néguev, est composé de trois parcelles, dont chacune exploite une technologie solaire différente. Ensemble, ils constitueront l’un des plus grands projets d’énergie renouvelable au monde lorsqu’ils seront achevés en 2018. Ils produiront environ 310 mégawatts d’électricité, soit environ 1,6% des besoins énergétiques du pays. Ils alimenteront environ 130 000 ménages, soit environ 5% de la population israélienne, selon l’Autorité de l’électricité d’Israël.

Cette centrale est l’élément le plus important de l’engagement d’Israël en faveur de la réduction des émissions de CO2, a déclaré Eran Gartner, directeur général de Megalim Solar Power Ltd., qui construit une partie du projet. La pièce maîtresse est une tour solaire qui sera la plus haute du monde à 250 mètres (820 pieds).

Contrairement aux panneaux solaires photovoltaïques, qui convertissent directement la lumière du soleil en électricité, les tours utilisent l’énergie thermique du soleil : des milliers de miroirs concentrent les rayons du soleil sur la tour, chauffant une chaudière qui crée de la vapeur pour faire tourner une turbine et produire de l’électricité.

Islande : champion toutes catégories des énergies renouvelables

Environ 85% de l’approvisionnement total en énergie primaire en Islande provient de sources d’énergie renouvelables produites dans le pays. C’est la part la plus élevée d’énergie renouvelable dans tout mix énergétique national.

En 2016, l’énergie géothermique fournissait environ 65% de l’énergie primaire utilisée dans le pays. La part de l’hydroélectricité était de 20% et celle des combustibles fossiles (principalement les produits pétroliers dans le secteur des transports) était de 15%. L’Islande est devenue un producteur d’énergie éolienne depuis 2013. L’énergie géothermique est utilisée pour le chauffage des locaux, la chaleur étant distribuée aux bâtiments à travers des systèmes de chauffage urbain. Environ 85% de toutes les maisons en Islande sont chauffées à l’énergie géothermique.]

En 2015, la consommation totale d’électricité en Islande était de 18 798 GWh. 100% de la production d’électricité est assurée par des sources renouvelables, avec environ 73% pour l’énergie hydraulique et 27% pour l’’énergie géothermique. La plupart des centrales hydroélectriques appartiennent à Landsvirkjun, la compagnie nationale d’électricité, qui est le principal fournisseur d’électricité en Islande.

L’Islande est le premier producteur mondial d’énergie verte par habitant et le plus grand producteur d’électricité par habitant, avec environ 55 000 kWh par personne et par an. En comparaison, la moyenne de l’UE est inférieure à 6 000 kWh.

Chine et « Révolution verte » : le réveil du géant

Après avoir longtemps été pointé du doigt comme le plus gros pollueur du monde, la Chine est en train de faire sa « révolution verte ». Ça et là naissent une pléiade de projets d’énergie renouvelable qui sont à l’image du pays le plus peuplé de la planète, c’est-à-dire grandioses.

En bordure du désert de Gobi, la base éolienne de Jiuquan symbolise la volonté de la Chine de dominer le marché mondial des énergies renouvelables. Avec plus de 7 000 turbines disposées en rangées et s’étendant le long de l’horizon sablonneux, c’est l’un des plus grands parcs éoliens au monde, capable de produire 20,000 MW, une puissance suffisante pour alimenter un petit pays.

La ville chinoise de Huainan, qui possède près d’un cinquième de toutes les réserves de charbon de la Chine, abrite aujourd’hui la plus grande ferme solaire flottante du monde. La centrale électrique de 40 mégawatts comprend 120 000 panneaux solaires couvrant une superficie de plus de 160 terrains de football. L’investissement de 45 millions de dollars pourrait aider à alimenter 15 000 foyers.

La Chine est maintenant le plus grand investisseur en énergie renouvelable au monde. Le gouvernement promet de consacrer 360 milliards de dollars à des projets d’énergie propre d’ici 2020, créant ainsi 13 millions de nouveaux emplois.

Précédent «
Suivant »