• Accueil
  • >
  • Entreprises
  • >
  • Amazon Prime Day a créé une vague de plaintes de la part d’employés épuisés

Amazon Prime Day a créé une vague de plaintes de la part d’employés épuisés

  • Par t_u_f_org
  • 30 août 2018
  • Commentaires désactivés
Amazon plaintes

Amazon Prime Day a battu des records la semaine dernière, avec plus de 100 millions de produits vendus, mais s’est avéré être la journée la plus controversée à ce jour avec des grèves en Europe et des plaintes en matière de santé et de sécurité des travailleurs d’Amazon UK qui ont augmenté de 209 %, selon la plateforme de campagne numérique sur le lieu de travail Organise.

Usman Mohammed, responsable de la campagne Organise, qui compile les plaintes sur le lieu de travail par le biais de listes de diffusion, sollicitant les points de vue des employés d’un certain nombre d’entreprises britanniques, nous fait part :

« L’augmentation du rythme et des objectifs signifie trois fois plus de préparation de colis pour certains employés. Même pour de légères blessures au travail, l’augmentation de la douleur est exponentielle. »

Des objectifs trop élevés

Les plaintes reçues des magasiniers au cours des 36 heures de Prime Day comprenaient des crampes d’estomac causées par un effort excessif, une mauvaise alimentation, le manque d’accès à l’eau et de temps pour aller aux toilettes, des entorses, des douleurs dorsales et autres blessures musculo-squelettiques et des pieds enflés parce qu’ils doivent courir dans les entrepôts à toute vitesse.

« Les objectifs sont trop élevés », déclare une ouvrière d’entrepôt de 40 ans, basée dans les Midlands, qui a passé Prime Day entre la réception (acceptation des marchandises des fournisseurs) et la sortie (prélèvement des articles sur les étagères ou leur conditionnement dans des boîtes). « C’était le pire dans la préparation des commandes, nous préparions les articles et les envoyions aux clients plus vite que jamais. À mon avis, les objectifs ne sont plus atteignables. Nous devons enfreindre les règles en matière de santé et de sécurité pour les atteindre. Presque tous les employés ont des problèmes de productivité et des maux de dos. Il fait très chaud jusqu’à 15h ou 16h mais les gens évitent de boire de l’eau pour ne pas avoir besoin d’aller aux toilettes. Je mesure 1,7 mètre, je dois donc me pencher pour les trois étagères du bas. On peut se plier comme ça à la salle de sport pendant une heure, mais pas pendant dix heures. »

« Pour atteindre même les trois quarts des objectifs, courir est la seule option », a déclaré un autre employé dans un email à Organise.  » Convaincre un autre collègue d’aider au déballage d’une palette est difficile, car ils prétendent parfois ne pas vous avoir compris/entendu parce que vous aider les empêche d’atteindre leurs objectifs.  »

Amazon n’est pas d’accord

« Ces allégations ne sont pas correctes », a déclaré un porte-parole d’Amazon, ajoutant que l’entreprise a créé plus de 5 000 emplois saisonniers au Royaume-Uni « pour répondre à la demande accrue des clients » lors d’événements tels que Prime Day afin de maintenir un lieu de travail « sûr et positif ». « A notre connaissance, Organise ne vérifie pas que les répondants travaillent réellement pour l’entreprise pour laquelle ils prétendent travailler. Organise ne semble pas effectuer de contrôles pour confirmer si et quand les personnes interrogées ont travaillé dans les entreprises interrogées et il n’y a aucun moyen pour Organise de vérifier si leurs réponses reflètent les méthodes de travail actuelles ou antérieures ». Le porte-parole a ajouté qu’Amazon a plusieurs façons pour les employés de fournir des commentaires anonymes et qu’il est  » tout simplement faux  » de dire que les plaintes ont atteint un pic. « Nous avons un faible nombre de plaintes tout au long de l’année, et elles ont en fait diminué au cours de la période Prime Day « , a déclaré le porte-parole.

Organiser recueille les plaintes et les transmet aux responsables de la santé et de la sécurité, dans le cas d’Amazon, à Lindsey Ellison, responsable de la santé environnementale au conseil de district de Cannock Chase, l’autorité principale de l’entreprise qui assume la responsabilité de chaque site à travers le Royaume-Uni.

Dans une déclaration, un porte-parole du conseil a confirmé qu’il avait « reçu un certain nombre de plaintes qui auraient été déposées par des employés d’Amazon et qui ont été recueillies par la pétition en ligne Organise ». Le porte-parole a dit que le conseil enquêterait sur toute plainte valide, mais il a ajouté qu’il s’attendait à ce que les employés inquiets en discutent d’abord avec leur employeur.

Amazon affirme que les objectifs n’ont pas été haussés, que l’eau est à la disposition de tous les associés, que les pauses sont plus longues que prévu par la loi avec un temps de marche supplémentaire, que les associés ont un accès facile aux toilettes et que l’entreprise ne surveille pas les pauses toilette.

La société compte 25 000 employés permanents à temps plein au Royaume-Uni, allant du personnel du siège social aux magasiniers. Au minimum, tous les employés à plein temps d’Amazon gagnent 8,35 £ l’heure après leurs deux premières années. Selon le porte-parole d’Amazon, les employés bénéficient d’une mutuelle privée, d’une assurance-vie et d’une protection du revenu, ainsi que d’un régime de retraite de l’entreprise.

Ces droits ne seraient pas étendus aux 5 000 travailleurs saisonniers embauchés par Amazon pour couvrir la montée en flèche des ventes durant Prime Day. « Amazon est un lieu de travail sûr », a ajouté le porte-parole. « En fait, selon le Health and Safety Executive RIDDOR du gouvernement britannique, Amazon a 43 % moins de blessures en moyenne que d’autres sociétés de transport et de stockage au Royaume-Uni ».

Lancé le lendemain du jour où le fondateur d’Amazon Jeff Bezos est devenu l’être humain le plus riche de l’histoire moderne, selon l’indice Bloomberg Billionaires, l’édition 2018 de Prime Day a vu des magasiniers en Allemagne, en Pologne et en Espagne faire grève pour protester contre les salaires, les conditions de travail et la reconnaissance syndicale. Au Royaume-Uni, le syndicat GMB a demandé au Comité central d’arbitrage du Royaume-Uni la reconnaissance officielle de la négociation collective à l’usine Amazon de Rugeley la semaine précédant le premier jour.

« Nous organisons donc des réunions dans les salles paroissiales et les centres communautaires pour organiser et lutter pour la reconnaissance », explique Mick Rix, le responsable national de l’organisation du GMB. « Nous montons même dans des bus avec les employés et nous leur parlons. »

Des preuves indiscutables

En mai, le GMB a publié « Freedom of Information requests to ambulance services » révélant que des ambulances avaient été appelées 600 fois à des entrepôts Amazon au cours des trois dernières années, y compris 115 appels à l’entrepôt Rugeley de la compagnie, comparativement à huit appels pour un entrepôt Tesco de taille similaire à proximité. Cet automne, selon Rix, le GMB soutiendra « une série de réclamations pour dommages corporels dans le cadre d’une action en justice coordonnée pour les travailleurs d’entrepôt, prétendant que les méthodes de travail d’Amazon causent des blessures et des maladies industrielles ».

« Assurer la sécurité des associés est notre priorité numéro un « , a déclaré le porte-parole d’Amazon. « Bien qu’un incident grave soit un incident de trop, nous apprenons et améliorons nos propres programmes afin de prévenir d’autres incidents à l’avenir. Nous ne reconnaissons pas ces allégations comme une représentation exacte des activités dans nos bâtiments. »

Le débat sur les conditions de travail d’Amazon pourrait être tranché en justice.

Précédent «
Suivant »