• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Amazon, Microsoft et Uber paient cher pour saboter une initiative californienne de protection de la vie privée

Amazon, Microsoft et Uber paient cher pour saboter une initiative californienne de protection de la vie privée

  • Par t_u_f_org
  • 9 juillet 2018
  • Commentaires désactivés
Amazon Microsoft et Uber paient cher pour saboter une initiative californienne de protection de la vie privée

Alors que les scandales de partage de données sont de plus en plus nombreux, une nouvelle proposition en Californie offre une solution potentielle : la California Consumer Privacy Act imposerait aux entreprises de divulguer les types d’informations qu’elles recueillent, comme les données utilisées pour cibler les publicités, et permettrait au public de se retirer de la vente de leurs informations. Aujourd’hui, certaines des entreprises de technologie les plus en vue versent des millions de dollars pour tenter de faire échouer cette proposition.

Une campagne de groupe contre l’Etat

Au cours des dernières semaines, Amazon, Microsoft et Uber ont tous contribué de façon substantielle à une campagne de groupe contre l’initiative, selon les dossiers de divulgation de l’État. Les contributions de 195 000 $ d’Amazon et de Microsoft, ainsi que 50 000 $ d’Uber, ne sont que les plus récentes : Facebook, Google, AT&T et Verizon ont chacun contribué 200 000 $ pour bloquer ce projet, tandis que d’autres groupes de télécommunication et de publicité ont également contribué de l’argent dans le groupe d’opposition. Après que Mark Zuckerberg a été interrogé sur la protection de la vie privée lors des audiences du Congrès, Facebook a déclaré qu’il ne soutiendrait plus le groupe. Google n’a pas reculé, et les contributions plus récentes suggèrent que d’autres entreprises continueront à lutter contre cette mesure.

Une campagne financée par un promoteur immobilier

La campagne pour l’adoption de la California Consumer Privacy Act est presque entièrement financée par le promoteur immobilier Alastair Mactaggart de Bay Area. À ce jour, Mactaggart a dépensé plus de 3 millions de dollars pour sa campagne. Il soutient que, dans l’industrie des données personnelles, « il y a tellement d’argent, et il y a des sociétés très puissantes qui ont vraiment un immense intérêt à maintenir le cours normal des choses et à ne pas avoir de réglementation ». Il a commencé à travailler sur cette initiative il y a environ quatre ans, après avoir entendu un ingénieur de Google dire que le public aurait peur d’apprendre combien de données l’entreprise détient sur le public.

La dernière résistance de Big Tech à la proposition survient à un moment crucial. L’initiative a récemment soumis 600 000 signatures non vérifiées afin de se qualifier pour une place sur le scrutin de novembre. L’État est en train de trier ces signatures pour déterminer s’il y a 366 000 signatures légitimes, le seuil requis pour un bulletin de vote. Mactaggart affirme que le résultat du sondage est bon, et il s’attend à ce que les scandales constants en matière de partage de données ne fassent que renforcer l’effort.

Dans un communiqué, un porte-parole du groupe de l’industrie de la technologie, le Committee to Protect California Jobs a qualifié la mesure de « lacunaire » et a déclaré que ce n’est pas seulement l’industrie de la technologie qui s’oppose au plan. « Les coopératives de crédit, les supermarchés et les constructeurs automobiles font partie des nombreux ajouts récents à la coalition et représentent la partie émergée de l’iceberg » a déclaré le porte-parole.

Mais les entreprises de technologie ont été les antagonistes les plus visibles et ont présenté la proposition comme allant de la frustration à une menace existentielle à leurs modèles d’affaires. « Protéger les données personnelles est essentiel pour maintenir la confiance des clients, un principe sur lequel Amazon s’est construit » a déclaré un porte-parole de l’entreprise. « Bien que nous partagions l’objectif global de l’initiative, qui est de protéger la vie privée des consommateurs, nous sommes préoccupés par des exigences irréalisables qui entraveraient notre capacité d’innover au nom de nos clients. Nous sommes impatients de travailler avec les politiciens pour trouver une solution qui nous permette de faire les deux. »

Mactaggart dit que lui et sa campagne « rejettent complètement » le concept selon lequel la mesure porterait radicalement atteinte aux intérêts commerciaux, et il dit que les modèles commerciaux comme la publicité ciblée seraient toujours réalisables.

Microsoft soutient le RGPD

Plus tôt cette semaine, les partisans de l’initiative ont critiqué Microsoft pour sa contribution, accusant la société de soutenir hypocritement les protections du RGPD de l’Europe tout en finançant l’opposition aux initiatives californiennes. Dans une déclaration, l’entreprise a défendu sa contribution.

« Microsoft croit que la protection de la vie privée est un droit humain fondamental », a déclaré un porte-parole. « C’est pourquoi nous sommes de fervents partisans du RGPD, la nouvelle réglementation européenne en matière de protection de la vie privée, et c’est pourquoi nous nous sommes engagés à étendre les droits au cœur de RGPD à tous nos clients dans le monde entier. C’est pourquoi, depuis 2005, nous défendons également l’adoption d’une loi nationale sur la protection de la vie privée aux États-Unis. Nous croyons que la mesure californienne pourrait avoir des conséquences involontaires pour les entreprises et les consommateurs et qu’il existe un meilleur moyen de donner aux consommateurs le droit à la vie privée qu’ils méritent ».

Pendant ce temps, les partisans de la proposition attendent de savoir s’ils voteront et mettent les entreprises de technologie au défi de cesser de financer la riposte. « Si votre engagement envers la vie privée de vos clients est aussi fort que vous le dites, s’il vous plaît » a écrit Mactaggart dans une lettre à Microsoft cette semaine, « prouvez-le ».

Précédent «
Suivant »